Revenir à l'accueil

 

 

laurier

- Vous êtes JEUNE CHERCHEUR NON STATUTAIRE (doctorant, post-doctorant, ingénieur ou technicien),

- Vous êtes PREMIER AUTEUR ou COAUTEUR d'un article publié depuis 2015 (ou accepté) dans une grande revue internationale avec comité de lecture,

- Vos RECHERCHES à la base de cet article ont été principalement réalisées dans un laboratoire de l’Institut Cochin,

 Vous êtes éligible au prix APEMM 2017 du 

Meilleur article jeune chercheur / ITA de l'Institut Cochin

 récompensé par 3 bourses d'un montant de

 

500 €

chacune, attribuées à titre personnel

 

Communiqué de Presse

La lutte contre le cancer est souvent entravée par les résistances physiques des tumeurs et les dommages collatéraux que causent les traitements. Une équipe de chercheurs du CNRS, de l'Inserm, de l'Université Paris Descartes et de l'Université Paris Diderot est cependant parvenue à ramollir des tumeurs malignes en les chauffant.

 

L'équipe « Interactions Hôte-Virus » illustre comment le virus VIH-1 utilise les protéines Argonaute pour réguler l’épissage de ses ARN et la production de particules virales.

Figure

Une étude dirigée par Anne-Françoise Burnol

Une étude dirigée par Anne-Françoise Burnol (équipe signalisation de l'insuline et du glucose, et glucotoxicité), parue dans la revue Hepatology, montre que l’insuline a des effets prolifératifs dans le foie et qu’ils sont sous le contrôle de Grb14, inhibiteur physiologique de l’activité du récepteur de l’hormone.

AF Burnol figure

L'équipe « Interactions Hôte-Virus » illustre comment le virus VIH-1 utilise un mécanisme non canonique d’autophagie pour favoriser sa dissémination

Le groupe de Clarisse Berlioz-Torrent publie dans la revue Cell Reports du 22 Novembre 2016 une étude illustrant le détournement par le VIH-1 d’un mécanisme non canonique d’autophagie pour contrer une barrière cellulaire défavorable à sa dissémination.