Revenir à l'accueil

Etude dirigée par Julie Cocquet, équipe de Daniel Vaiman

La différenciation des spermatozoïdes fait intervenir un programme génétique et épigénétique spécifique à la fin duquel la quasi-totalité des protéines associées à l’ADN, les histones, est remplacée par un autre type de protéines responsables de la compaction extrême de l’ADN, les protamines. Ceci facilite le déplacement des spermatozoïdes et la protection de leur génome et pourrait également avoir un impact sur le développement de l’embryon. L’étude dirigée par Julie Cocquet (équipe Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction), récemment publiée dans le journal Cell Death & Differentiation, montre que la protéine SLY joue un rôle clef dans cette réorganisation de la chromatine des spermatozoïdes au cours de leur différenciation.

Figure

Travail dirigé par Agnès Le Bon, équipe "Présentation de l’antigène par les cellules dendritiques"

Dans de nombreuses infections chroniques virales, on observe une persistance d’interférons de type I (acteurs clés de l’immunité antivirale).

La transmission sexuelle du virus de l’immunodéficience humaine de type 1, VIH-1, se fait essentiellement par l’intermédiaire de cellules infectées contenues dans les fluides génitaux. L’étude dirigée par Morgane Bomsel, parue dans la revue Mucosal Immunology, a porté sur la recherche des tout premiers signaux envoyés par ces cellules infectées qui favorisent la contamination, afin d’identifier des cibles potentielles pour bloquer l’infection.

 

Jeudi 20 avril 2017 - Remise des prix APEMM 2017 "Meilleurs articles jeunes chercheurs ou ITA"
les  lauréats Lucille Morzyglod, Milica Milivojevic, Jonathan Levy et Didier Fradelizi ,Président de l'Apemm,

Une nouvelle technique d’analyse protéomique est disponible sur la plateforme 3P5

Cell reports cover

La plateforme de protéomique 3P5 a récemment mis en place au sein de l’Institut Cochin une technique d’analyse protéomique par spectrométrie de masse sans marquage, dite analyse « label free », initialement développée par l’équipe de Matthias Mann, du Max Planck Institut für Biochemie.