Revenir à l'accueil

Le VIH, virus du SIDA, peut se maintenir dans des cellules « réservoirs » où il reste silencieux, sans se multiplier, chez des patients sous tri-thérapie.

LEDGF/p75:Iws1:Spt6 est directement recruté au niveau des provirus latents et participe au maintien d’une structure répressive de la chromatine

 

Dès l’arrêt du traitement, le virus se réplique de nouveau activement à partir de ces réservoirs. L’équipe de Stéphane Emiliani de l’Institut Cochin (U1016 Inserm, UMR 8104 CNRS, Université Paris 5) étudie comment s’établit et se maintient la latence du virus dans les réservoirs.

L’intégration du génome du VIH dans l’ADN de nos cellules (dénommé alors provirus) est une étape indispensable à sa réplication. Pour ce faire, il utilise des protéines cellulaires, que l’on appelle des co-facteurs. La protéine LEDGF/p75 est un de ces co-facteurs. Elle est indispensable à l’intégration réussie du virus. Or, ce qui a surpris l’équipe de Stéphane Emiliani est que l’intégration du génome du VIH dans le génome des cellules infectées est semblable, que le virus se réplique ensuite activement ou non : même type de régions ciblées par l’intégration et même co-facteur, à savoir LEDGF/p75.

En étudiant de plus près cette protéine, l’équipe de Stéphane Emiliani vient de découvrir deux autres protéines partenaires : lws1 et Spt6. Ce sont ces deux protéines associées à LEDGF/p75 qui vont conduire à la latence observée dans les cellules réservoirs. En empêchant l’expression de lws1 et Spt6, l’équipe a rendu la réplication virale de nouveau active. Elle a décrypté les mécanismes en jeu : le complexe ternaireLEDGF/p75:Iws1:Spt6 est directement recruté au niveau des provirus latents et participe au maintien d’une structure répressive de la chromatine (l’ADN associé aux protéines Histone). La protéine LEDGF/p75qui est indispensable à l’intégration virale est donc également responsable, en s’associant aux protéines lws1 et Spt6, de la latence virale « post-intégrative » dans les cellules réservoirs.

L’équipe de Stéphane Emiliani cherche maintenant à comprendre comment la formation de ce complexe est régulée dans la cellule. Une des questions étant de savoir si LEDGF/p75 est associée à des partenaires différents lorsque le virus s’intègre dans des régions du génome où il se réplique activement.

 

Référence : The integrase cofactor LEDGF/p75 associates with Iws1 and Spt6 for postintegration silencing of HIV-1 gene expression in latently infected cells. Gérard A, Ségéral E, Naughtin M, Abdouni A, Charmeteau B, Cheynier R, Rain JC, Emiliani S. Cell Host Microbe 2015 17:107-17

 

Contact : - 01 40 51 66 39