Revenir à l'accueil

Une étude dirigée par Céline Méhats (équipe Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction), parue dans la revue Journal of Immunology, montre que l’accouchement est précédé par une réponse immunitaire maternelle dans l’utérus présentant les attributs d’un rejet de greffe mère-fœtus.

figure

L’accouchement (ou parturition) se caractérise par les contractions intenses de l’utérus, la dilatation du col et la rupture des membranes. Les mécanismes déterminants de son déclenchement demeurent mal connus chez la femme. Comprendre ce déclenchement apporterait pourtant des éclairages aussi bien dans l’accouchement normal à terme mais également dans de nombreuses pathologies de la grossesse : depuis les problèmes d’implantation de l’embryon, les fausses couches spontanées jusqu’aux accouchements prématurés. L’étude dirigée par Céline Méhats en collaboration avec Louis Marcellin (Service de Gynécologie Obstétrique, Maternité Port Royal Cochin) dans le cadre de sa thèse de Sciences, s’est attachée à décrypter le changement dans la tolérance materno-fœtale à l’œuvre au moment de l’accouchement. Elle a montré qu’il existe une signature moléculaire sans ambiguïté de processus impliqués dans le rejet de greffe et une activation de l’immunité maternelle au sein de la poche des eaux ou membranes foetales recouvrant le col de l’utérus. Ceci suggère qu’un verrou immunologique, mis en place en début de grossesse sous la forme de tolérance materno-fœtale, est levé avec pour conséquence la parturition. Céline Méhats poursuit cette étude pour identifier des marqueurs vaginaux pertinents du déclenchement de cette réponse immune qui pourraient trouver une application tout particulièrement dans une meilleure prise en charge des menaces d’accouchements prématurés.

 

Référence

Marcellin L, Schmitz T, Messaoudene M, Chader D, Parizot C, Jacques S, Delaire J, Gogusev J, Schmitt A, Lesaffre C, Breuiller-Fouché M, Caignard A, Vaiman D, Goffinet F, Cabrol D, Gorochov G, Méhats C. Immune Modifications in Fetal Membranes Overlying the Cervix Precede Parturition in Humans. J Immunol. 2017 Feb 1;198(3):1345-1356. doi: 10.4049/jimmunol.1601482. PMID:28031337

 

Contact chercheur

Céline Méhats :

 

Légende

de la figure : Chez la femme, les membranes fœtales, dites la « poche des eaux » tapissent la cavité utérine. Les trophoblastes au sein de ces membranes sont les seules cellules fœtales au contact des cellules maternelles et dialoguent avec les cellules immunes maternelles, résidentes de l’utérus pour assurer le maintien de la grossesse. A terme, une activation de ces cellules maternelles précède l’accouchement. 

de la photo : Illustration en microscopie électronique de macrophages de taille augmentée dans la membrane entourant le cervix dans une grossesse à terme juste avant l’accouchement. La membrane fœtale présente des faiblesses physiques qui sont reliées à une activation locale des leucocytes et à une destruction des trophoblastes et de la matrice extracellulaire.