Revenir à l'accueil

Travail dirigé par Agnès Le Bon, équipe "Présentation de l’antigène par les cellules dendritiques"

Dans de nombreuses infections chroniques virales, on observe une persistance d’interférons de type I (acteurs clés de l’immunité antivirale).

Taleb et al. montrent que l'administration d'IFN de type I in vivo, à des doses simulant une infection virale chronique, entraine la suppression des réponses antivirales et que le mécanisme est médié par des cellules myéloïdes suppressives (MDSC). MDSC comparables à celles mises en évidence dans les tumeurs.

L’expression des interférons de type I (a et b) est fortement induite lors de la phase aiguë d’une infection virale mais il a été montré qu’elle peut se maintenir faiblement et de manière prolongée lors d’infections chroniques, ce qui limite alors les réponses antivirales. L’étude publiée dans la revue Journal of Immunology par le groupe d’Agnès Le Bon de l’Institut Cochin  et Muriel Gaudry de l’Institut Gustave Roussy montre que chez des souris préalablement traitées à l’interféron a, à des doses simulant une infection virale chronique, la réponse immunitaire à une infection virale est très altérée. L’immunosuppression est  associée à une accumulation de monocytes de type Ly6Chi. Ces cellules sont des cellules myéloïdes suppressives similaires aux MDSC (Myeloid-Derived Suppressor Cells) tumoraux. Leur élimination permet de restaurer la réponse antivirale. Ce travail montre un rôle clef et inattendu des interférons de type I dans la mise en place de l’immunosuppression et pourrait ouvrir des perspectives dans le traitement de certaines maladies autoimmunes et les pathologies cancéreuses

 

Reference :

Taleb K, Auffray C, Villefroy P, Pereira A, Hosmalin A, Gaudry M, Le Bon A. Chronic Type I IFN Is Sufficient To Promote Immunosuppression through Accumulation of Myeloid-Derived Suppressor Cells. J Immunol. 2017 Feb 1;198(3):1156-1163. PMID:28003378. DOI:10.4049/jimmunol.1502638

 

Contact chercheur :