Revenir à l'accueil

Le cancer du foie constitue la troisième cause mondiale de mort par cancer, du fait d’un manque de traitements efficaces. Il apparaît donc essentiel d’identifier de nouveaux marqueurs biologiques permettant d’améliorer la prise en charge de cette pathologie.

Le VIH, virus du SIDA, peut se maintenir dans des cellules « réservoirs » où il reste silencieux, sans se multiplier, chez des patients sous tri-thérapie.

LEDGF/p75:Iws1:Spt6 est directement recruté au niveau des provirus latents et participe au maintien d’une structure répressive de la chromatine

Des chercheurs de l’Institut Cochin (CNRS/Inserm/Université Paris Descartes) et de l’Institut de cardiométabolisme et nutrition – ICAN (Inserm/UPMC/AP-HP) ont découvert qu’une classe de cellules inflammatoires, les lymphocytes MAIT1, est dérégulée chez les patients atteints de diabète de type 2 et d’obésité.

 

Les stéatoses hépatiques non alcooliques (NAFLD) ou foie gras, sont les maladies hépatiques les plus fréquentes dans les pays industrialisés, associées à l’obésité et au diabète de type 2.

Toxoplasma gondii un parasite protozoaire du phylum des Apicomplexes responsable de la toxoplasmose qui peut se traduire par des pathologies graves chez les individus immuno-supprimés.