Revenir à l'accueil

Une étude dirigée par Nadège Bercovici, équipe Emmanuel Donnadieu

Le groupe de Nadège Bercovici (équipe d'Emmanuel Donnadieu) publie des résultats d'une importance majeure dans Nature Communications

En immunothérapie du cancer, les études effectuées sur des modèles de tumeurs transplantées chez la souris aboutissent souvent à des résultats très prometteurs. Hélas, bien souvent, ces mêmes traitements sont en échec dans les carcinomes humains ou dans des modèles murins de tumeurs spontanées. Pourquoi ? Le groupe de Nadège Bercovici à l'Institut Cochin vient de trouver un début d'explication. Ils ont montré que le TGFbeta, molécule de mauvais pronostic abondante dans de nombreuses tumeurs humaines, est également présent dans des tumeurs mammaires murines spontanées, dans lesquelles il empêche l’action de traitements anticancéreux.

Une étude de l'équipe de Véronique Witko-Sarsat

L’équipe de Véronique Witko-Sarsat publie dans Journal of Experimental Medicine la découverte d’une cible prometteuse de traitements anti-inflammatoires.

Le neutrophile est une cellule essentielle de la défense contre les bactéries qu’il détruit grâce à des médiateurs très puissants comme les espèces réactives de l’oxygène, produites en grandes quantités après activation de la NADPH oxydase (NOX2). Ce phénomène est appelé « l’explosion respiratoire ». Si l’activation et l’élimination des neutrophiles du site inflammatoire ne sont pas contrôlées, l'inflammation persiste et le neutrophile devient un acteur dangereux capable d’endommager les tissus. 

Visualisation de l'interaction entre PCNA et p47phox

La granulomatose avec polyangéite (GPA) est une vascularite caractérisée par une inflammation des vaisseaux et une atteinte pulmonaire et rénale. C’est une maladie systémique, mortelle en l’absence de traitement. Les polynucléaires neutrophiles sont des acteurs majeurs de la GPA car ils sont responsables de la nécrose des vaisseaux. 

La 36e journée Institut Cochin/JC Dreyfus se déroulera le vendredi 27 septembre 2019

 

Etude dirigée par Michaela Fontenay, publiée dans Science Translational Medicine

L’équipe du Pr. Michaela Fontenay publie la découverte d’un mécanisme de surcharge systémique en fer chez les patients porteurs d’une anémie sidéroblastique acquise avec mutation du gène SF3B1.

ERFE et fer sérique

L'hepcidine, décrite par l’équipe de Sophie Vaulont à l’Institut Cochin est une hormone peptidique produite par le foie qui est le principal régulateur de l’homéostasie du fer chez les mammifères, permettant l’adaptation des taux de fer circulant selon les besoins en régulant l’import de fer dans le duodénum et le recyclage du fer par les macrophages. L’érythroferrone a été décrite pour la première fois comme étant le régulateur érythroïde majeur de l’hepcidine dans l’équipe de T Ganz (Université de Californie, Los Angeles) par Léon Kautz.