Revenir à l'accueil

9 et 10 décembre 2019 à Paris

L’Association des Jeunes Chercheurs de l’Institut Cochin (JeCCo) vous présente son XIIème Symposium « New Technologies: Empowering Biomedical Research ».

 

Etude co-dirigée par Isabelle Dusanter-Fourt

Le groupe d’Isabelle Dusanter-Fourt dans l'équipe « hématologie normale et pathologique » dirigée par Michaela Fontenay/Didier Bouscary,

en collaboration avec l’équipe de Jean-Max Pasquet (INSERM U1035/Université de Bordeaux), dans un article paru dans la revue Haematologica en octobre 2019, vient de montrer comment des cellules de leucémies aigües myéloides porteuses de mutations oncogènes du récepteur FLT3 parviennent à échapper au traitement thérapeutique anti-FLT3, grâce au microenvironnement qui induit une surexpression et sur-activation d’un nouveau récepteur à activité tyrosine kinase, AXL. Celui-ci va ainsi pallier à la perte d’activité des mutants FLT3 et protéger les cellules leucémiques. Ces travaux ouvrent la voie au développement de thérapies ciblées combinées anti-FLT3 et anti-AXL pour éradiquer l’ensemble des cellules leucémiques.

Une étude de l'équipe de Stéfano Marullo, publiée dans Nature Communications

Tire la chevillette, la bobinette cherra…

Cette phrase, tirée d’un conte célèbre, résume une découverte récente d’un groupe de chercheurs de l’Université de Paris travaillant à l’Institut Cochin (équipe Marullo) et à l’Institut Necker, et qui s’intéresse aux mécanismes moléculaires de l’interaction du méningocoque avec des récepteurs portés par les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux.

  

Une étude de l'équipe de Carole Peyssonnaux

La fasciite nécrosante (appelée par le passé gangrène) est une maladie infectieuse grave et rapidement évolutive.

Malgré l’usage d’antibiotiques et l’amputation des tissus nécrotiques, le risque de septicémie reste élevé avec un taux de mortalité pouvant atteindre 30%. L'équipe de Carole Peyssonnaux (en collaboration avec les hôpitaux Henri Mondor de Créteil et Universitaire de Zurich) a montré que l’hepcidine, hormone de régulation du fer, est produite par la peau suite à une infection bactérienne, et est essentielle pour empêcher l’invasion des bactéries dans le corps et la mortalité associée, en augmentant la réponse du système immunitaire. Ces travaux, publiés dans la revue The Journal of Clinical Investigation, montrent que l’hepcidine pourrait être envisagée comme nouvelle approche thérapeutique dans la fasciite nécrosante et de manière plus globale comme alternative aux antibiotiques. 

Prix pour : 

 

Améliorer les traitements anticancéreux en bloquant l’Hexokinase 2 

 

L'Hexokinase 2 joue un rôle essentiel dans le développement tumoral en favorisant la prolifération des cellules cancéreuses, la formation de métastase et leurs résistances à certains traitements chimio-thérapeutiques. Cibler cette enzyme constituerait donc une approche thérapeutique innovante. 

Au sein de l’équipe, les Dr Benoit Miotto et Anne Letessier, ainsi qu’une étudiante en thèse Manon Watzky, étudient la fonction cellulaire de l’enzyme pour en identifier le talon d’Achille. Le soutien du GEFLUC permettra la poursuite de ces recherches.