Revenir à l'accueil

Étude dirigée par Michaela Fontenay, Equipe Hématopoïèse normale et pathologique, DRC

Dans un article paru dans le journal Blood, l’équipe dirigée par Michaela Fontenay montre le rôle de la protéine p53 dans la différentiation érythroïde en lien avec la formation des ribosomes. Cette étude a des implications potentielles dans le traitement d’anémies dues à des anomalies des ribosomes.

 

 

La cinétique d’extinction de la biogenèse du ribosome est déterminante pour permettre la différenciation érythroïde normale.

 

Équipe Peyssonnaux

Au sein de l’équipe de Carole Peyssonnaux, Cyril Renassia a caractérisé la régulation du fer intracellulaire et l'impact de ses dérégulations sur la fonction des neutrophiles (cellules immunitaires) dans un contexte d'hémochromatose.

 Publiée dans Blood Advances, cette étude identifie le rôle de l'hepcidine dans le maintien du fer intracellulaire des neutrophiles. En condition de surcharge en fer primaire, telle que l'hémochromatose héréditaire, le manque d'hepcidine protège le neutrophile d'un excès de fer. La surcharge en fer systémique s'associe à une pré-activation des neutrophiles. 

Etude co-dirigée par Michaela Fontenay<

Identification d’une cible thérapeutique potentielle contre la COVID-19

L’équipe de Michaela Fontenay* associée aux cliniciens-chercheurs de l’hôpital Cochin et de l’Institut Cochin Frédéric Pène** et Luc Mouthon*** et aux cliniciens de l’Hôtel-Dieu (Delphine Cantin), a mené en collaboration avec les équipes d’Eric Solary (Institut Gustave Roussy) et de Florent Ginhoux (Singapore Immunology Network), une étude qui révèle que les patients atteints d’une forme grave de la COVID-19 présentent un déficit des fonctions de l’immunité innée des cellules myéloïdes (polynucléaires neutrophiles, monocytes), associé à un taux très élevé de calprotectine dans le sang. Cette étude est parue dans Cell.

 

RÉGURGITATION DE L’ANTIGÈNE PAR LA CELLULE DENDRITIQUE, UN NOUVEAU MÉCANISME D’ACTIVATION DES LYMPHOCYTES B

 

Une étude récente sous la direction de Fatah OUAAZ, au sein de l’équipe "Biologie des phagocytes, infection et immunité” dirigée par Florence Niedergang, montre pour la première fois que la régurgitation de l’antigène par les cellules dendritiques représente un nouveau mécanisme extracellulaire d’activation précoce des lymphocytes B. Ces travaux sont publiés dans The Journal of Immunology

Les cellules dendritiques régurgitent des antigènes intacts pour activer les lymphocytes B

 

Équipe Agnès Lehuen

Obésité : des cellules immunitaires associées aux muqueuses intestinales induisent inflammation et dysbiose

 

Dans un article publié dans la revue Nature Communications, l’équipe dirigée par Agnès Lehuen démontre l’importance du rôle des cellules MAIT (Mucosal Associated Invariant T cells) dans l’inflammation chronique du tissu adipeux et la dysbiose intestinale dans un contexte d’obésité. Les résultats mettent en lumière les mécanismes immunitaires impliqués dans le développement du diabète de type 2 lors de l’obésité et désignent les cellules MAIT comme nouvelles cibles thérapeutiques potentielles dans l’obésité et le diabète de type 2.