Revenir à l'accueil

L’équipe de Yannick Allanore vient de montrer dans une étude publiée dans « Annals of the Rheumatic Diseases » que l’inhibition de l’activation des lymphocytes T par l’abatacept (CTLA4-Ig, Cytotoxic T-lymphocyte associated molecule-4) permet de prévenir et traiter la fibrose dermique induite par l’inflammation, caractéristique des stades précoces et inflammatoires de la sclérodermie systémique (ScS).

Equipe Allanore_brève fev2016_fr

 

Légende de la figure : Le traitement par abatacept 3 semaines après le début des injections de bléomycine induit la régression de la fibrose dermique établie

 

La ScS est une maladie auto-immune du groupe des connectivites (maladies du tissu conjonctif) caractérisée par des anomalies des vaisseaux et des perturbations du système immunitaire conduisant à une fibrose généralisée,  touchant en particulier la peau.

Des infiltrats inflammatoires dermiques localisés autour des vaisseaux sanguins sont très fréquents au cours des stades précoces de la ScS. Ils sont composés principalement de lymphocytes T activés qui participent à l’activation du  fibroblaste dermique. Notre équipe a donc évalué les effets de l’inhibition de l’activation des lymphocytes T par l’abatacept sur la fibrose dermique dans des modèles murins complémentaires de ScS.

Le traitement par abatacept a permis de prévenir efficacement le développement de la fibrose dermique induite par des injections régulières sous cutanées de bléomycine, un antibiotique anti-tumoral d’origine fongique possédant des propriétés pro-fibrosantes. Dans ce modèle qui reflète les stades inflammatoires précoces de la ScS, l’abatacept a permis une réduction significative du nombre de cellules inflammatoires infiltrant la peau lésionnelle, de l’activation des lymphocytes T et de la sécrétion de cytokines pro-fibrosantes (IL-6 et d’IL-10). De manière très intéressante, l’abatacept a également permis de faire régresser une fibrose déjà établie, induite par la bléomycine.

Grâce à une collaboration avec l’équipe du Professeur Frédéric Batteux, nous avons également pu montrer que l’abatacept est efficace pour prévenir le développement de la fibrose dermique dans le modèle murin de maladie du greffon contre l’hôte, caractérisé par une fibrose dermique généralisée induite par l’inflammation. Par contre, l’abatacept n’a pas permis de prévenir le développement de la fibrose dermique chez la souris « tight skin », modèle génétique reflétant les stades plus tardifs et moins inflammatoires de ScS.

Il faut noter que la tolérance de l’abatacept a été excellente dans l’ensemble des modèles murins utilisés.

L’utilisation de l’abatacept dans les stades inflammatoires précoces de la ScS semble pertinente. Cette stratégie est actuellement en cours d’évaluation dans un essai thérapeutique de phase 2 (ASSET, NCT02161406).