Imprimer

Une étude dirigée par Maha-Zohra Ladjemi, équipe Chiche-Burgel

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est associée à des réponses immunitaires et structurelles aberrantes des voies respiratoires aux substances toxiques inhalées.

En collaboration avec l’équipe de Jean-Daniel Chiche et Pierre-Régis Burgel (Institut Cochin), l’équipe de Charles Pilette (Université Catholique de Louvain, Bruxelles) vient de publier un article dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine suggérant une réponse immunitaire exacerbée des Immunoglobulines de type A (IgA) contre les antigènes étrangers (microbiens par exemple) et/ou les auto-antigènes.

 

(A)

Sterile beads

(B)

Pseudomonas aeruginosa

Légende de la figure : 
Expression d'IgA dans le tissu pulmonaire de souris infectées par Pseudomonas.
La coloration représentative d'IgA (brun) et la contre-coloration par l'hématoxyline (bleu) 
dans le tissu pulmonaire de souris (A) instillées avec des billes stériles ou (B) infectées par 
Pseudomonas aeruginosa (PAO1), respectivement.

 

Cette étude démontre une augmentation de l'expression d'IgA dans les follicules lymphoïdes péri-bronchiolaires de patients atteints de BPCO sévère. L’étude montre également que cette réponse IgA intra-folliculaire est présente dans les poumons de souris infectées par Pseudomonas aeruginosa mais pas suite à l’exposition à de l’extrait de cigarette, suggérant ainsi un rôle important de l’infection chronique dans l’induction des réponses à IgA dans la BPCO.

La BPCO est souvent associée à des infections bactériennes chroniques. Bien que l'accumulation des lymphocytes B et des follicules lymphoïdes ait été décrite dans les voies respiratoires des patients atteints de BPCO, l'état fonctionnel des lymphocytes B pulmonaires reste peu connu. Cette étude visait à caractériser la réponse IgA (la classe d’anticorps prédominante au niveau des muqueuses) dans les follicules pulmonaires de patients BPCO.

La présence de lymphocytes B et de follicules lymphoïdes, ainsi que l'expression d'IgA intra-folliculaire et d’IL21, a été déterminée dans les poumons de patients atteints de BPCO (n= 37) et comparée à des sujets témoins (n​​=34) par immunohistochimie. Les réponses IgA folliculaires ont également été évaluées dans les poumons de souris infectées par Pseudomonas aeruginosa (PAO1) (n=10 par groupe) et de souris exposées à la fumée de cigarette (n=8-13 par groupe).
Alors que chez les fumeurs, le nombre de cellules B est légèrement augmenté, de fortes augmentations du nombre de cellules B et de follicules lymphoïdes (principalement dans les voies respiratoires distales) n'ont été observées que chez les patients BPCO sévères. La plupart des cellules B folliculaires étaient IgM+ (70–80%), mais le nombre de lymphocytes B IgA+ (et non celui à IgG+) était augmenté dans les follicules lymphoïdes pulmonaires des patients BPCO sévères par rapport aux sujets témoins (significatif dans les voies respiratoires distales). La présence de cellules IgA+ folliculaires était négativement corrélée, dans les voies respiratoires distales, avec le coefficient de Tiffeneau (VEMS/CVF) *, donc très probablement corrélée à la sévérité de la maladie. De plus, l'expression d'IgA folliculaire était associée à la présence de lymphocytes T exprimant l'IL-21, cytokine activant fortement la production d’immunoglobulines in vitro.
Enfin, une réponse IgA folliculaire a été observée dans les poumons de souris infectées par Pseudomonas aeruginosa (souche PAO1, cf. figure), mais pas après exposition des souris à la fumée de cigarette.

En conclusion, une production d’IgA locale se produit dans les follicules lymphoïdes péribronchiolaires provenant de patients atteints de BPCO sévère, où des lymphocytes T producteurs d’IL-21 sont présents. Cette réponse IgA folliculaire représente probablement une caractéristique d’une réponse immunitaire adaptative locale exacerbée contre les antigènes microbiens et/ou les auto-antigènes. Cette étude contribue à une meilleure compréhension de la lymphogenèse dans la BPCO, elle met en évidence (1) une production locale d’IgA soutenue par des lymphocytes T helper producteurs d’IL-21, ainsi que (2) un rôle important de l’infection chronique dans la formation de ces follicules lymphoïdes et l’induction d’une réponse IgA exacerbée. 

*VEMS : Volume Expiratoire Maximal Seconde, CVF : Capacité Vitale Forcée. VEMS / CVF mesure le degré d’obstruction des voies respiratoires.

En savoir plus

Ladjemi MZ, Martin C, Lecocq M, Detry B, Nana FA, Moulin C, Weynand B, Fregimilicka C, Bouzin C, Thurion P, Carlier F, Serré J, Gayan-Ramirez G, Delos M, Ocak S1,10, Burgel PR, Pilette C. Am J Respir Crit Care Med. 2019. doi: 10.1164/rccm.201802-0352OC.

Contact chercheur