Imprimer

Bousculant le dogme ancien selon lequel seules les parties variables des immunoglobulines sont impliquées dans la liaison des anticorps, il a été montré que le domaine constant (CH1) des immunoglobulines (Ig) peut aussi intervenir dans l’affinité et la spécificité fine des anticorps. La qualité de la réponse immune secondaire va donc aussi dépendre de l’isotype des anticorps induits et cela doit être pris en considération pour l’élaboration de vaccins.

PNAS M.Bomsel

PNAS M.Bomsel

 

Bousculant le dogme ancien selon lequel seules les parties variables des immunoglobulines sont impliquées dans la liaison des anticorps, il a été montré que le domaine constant (CH1) des immunoglobulines (Ig) peut aussi intervenir dans l’affinité et la spécificité fine des anticorps. La qualité de la réponse immune secondaire va donc aussi dépendre de l’isotype des anticorps induits et cela doit être pris en considération pour l’élaboration de vaccins. En particuliers, pour les vaccins contre des pathogènes des muqueuses comme le VIH-1, l’induction par vaccination d’anticorps d’isotype alpha (IgA) pourrait permettre d’assurer une immunité protectrice des muqueuses.
 
Dans ce but, le Dr. Morgane Bomsel de l’Institut Cochin et ses collaborateurs, ont construit des anticorps IgA2 à partir de l’anticorps neutralisant anti-VIH-1, 2F5, d’isotype gamma 1 (IgG1) et ont caractérisé leur affinité pour l’antigène et leurs activités fonctionnelles. L’anticorps 2F5 d’isotype alpha 2 (IgA2) possède une meilleure affinité pour son épitope nominal sur la protéine d’enveloppe du virus gp41 que l’IgG1, bloque 10 fois plus efficacement l’entrée muqueuse du VIH-1 par transcytose et l’infection des lymphocytes T CD4+. De manière inattendue, les deux isotypes IgG1 et IgA2 agissent  en synergie  pour complètement bloquer une autre étape précoce de l’entrée muqueuse du VIH-1, le transfert du virus des cellules de Langerhans aux lymphocytes T CD4+ autologues, et leur infection. Cette synergie s’explique par le fait que la région CH1 spécifique à chaque anticorps permet que chacun d’eux, en plus de l’épitope canonique de l’IgG1 2F5, reconnaisse un autre motif sur la gp41 différent selon l’isotype de l’anticorps. Au final, chacun des isotypes reconnaît un épitope tridimmesionnel spécifique,  ils peuvent donc agir ensemble.

Au vue de ces résultats, il apparaît donc que les deux isotypes de l’anticorps 2F5, IgG1 et IgA2, de part leurs activités anti-virales complémentaires et synergiques, sont capables de bloquer complètement les premières étapes de l’infection par le VIH-1. Ces résultats obtenus in vitro demandent à être confirmé in vivo, mais constituent déjà de solides bases pour l’élaboration de vaccins efficaces -avec induction d’IgG et d’IgA- contre le VIH et autres pathogènes responsables de maladies sexuellement transmissibles.

En savoir plus:


Isotype modulates epitope specificity, affinity, and antiviral activities of anti–HIV-1 human broadly neutralizing 2F5 antibody
Daniela Tudora, Huifeng Yua, Julien Maupetit, Anne-Sophie Drillet, Tahar Boucebaf, Isabelle Schwartz-Cornila, Lucia Lopalco, Pierre Tuffery, and Morgane Bomsel.
PNAS 2012, 109:12680-5

 Lettre En direct des labos du mardi 3 juillet 2012

 Actualités scientifiques du CNRS-INSB

Actualités scientifiques de l'INSERM : brève scientifique

Communiqué de presse de l'Inserm du 19/02/2013

 

 

Contact chercheur :

 

Morgane BOMSEL : équipe Institut Cochin : Entrée muqueuse du VIH et immunité muqueuse