Imprimer

Les muscles squelettiques sont des structures striées contractiles, fixées aux os par les tendons, qui permettent le mouvement du corps dans l'espace. Un muscle squelettique est constitué de cellules multinucléées (myofibres) qui contiennent les fibrilles contractiles.

Résultats

Les muscles squelettiques sont des structures striées contractiles, fixées aux os par les tendons, qui permettent le mouvement du corps dans l'espace. Un muscle squelettique est constitué de cellules multinucléées (myofibres) qui contiennent les fibrilles contractiles. L'homéostasie du tissu musculaire adulte dépend d'une population de progéniteurs quiescents situés dans une niche autour des myofibres: les cellules satellites (SCs). Ces cellules souches commises dans le lignage musculaire sont responsables de la croissance post-natale et de la capacité du tissu musculaire adulte à se régénérer suite à un traumatisme ou à un effort répété. Au cours de la régénération musculaire, les SCs  sortent de quiescence, vont proliférer puis se différencier pour former de nouvelles myofibres ou s'auto-renouveler et reconstituer la niche satellite dans le nouveau tissu.


Les travaux réalisés dans l’équipe du Dr. Pascal Maire de l’Institut Cochin en collaboration avec d'autres équipes de l'INSERM, du CNRS, de l'Institut Pasteur et des Universités de Cincinnati et d’Ottawa, ont permis d’identifier le rôle du facteur de transcription Six1 dans la physiologie des SCs du muscle adulte.


Les auteurs ont montré que Six1 est exprimé dans toutes les SCs, et que l’invalidation conditionnelle du gène Six1, spécifiquement dans ces cellules, ne perturbe pas leur quiescence. En revanche, Six1 est nécessaire pour la différentiation en myofibres des SCs ex vivo, et pour la régénération du muscle squelettique in vivo. Ceci via le contrôle de l’expression des facteurs de régulation myogénique MyoD et Myogénine. De plus, Six1 est un important régulateur de l’auto-renouvellement des SCs, via le contrôle de la signalisation Dusp6-ERK1/2, l’absence de Six1 entrainant une augmentation du nombre de SC après réparation de la fibre musculaire lésée.
L’identification du rôle crucial de l’homéoprotéine Six1 dans l’homéostasie des cellules souches du muscle squelettique adulte permet d’envisager de nouvelles voies de recherche pour les thérapies cellulaires visant à contrecarrer les maladies neuromusculaires.

Ces travaux ont été financés par l’ANR, l’INSERM, le CNRS et l’Association Française contre les Myopathies.
 

Bibliographie

 

Six1 regulates stem cell repair potential and self-renewal during skeletal muscle regeneration
Fabien Le Grand, Raphaëlle Grifone, Philippos Mourikis, Christophe Houbron, Carine Gigaud, Julien Pujol, Marjorie Maillet, Gilles Pagès, Michael Rudnicki, Shahragim Tajbakhsh and Pascal Maire.
The Journal of Cell Biology, vol. 198 no. 5 815-832.

 aussi dans : Les brèves scientifiques de l'Inserm

Contacts

 

Pascal Maire et Fabien Le Grand
INSTITUT COCHIN (Inserm U1016/ CNRS UMR8104 /UMR-S8104)
,