Revenir à l'accueil

Etude dirigée par Michaela Fontenay, publiée dans Science Translational Medicine

L’équipe du Pr. Michaela Fontenay publie la découverte d’un mécanisme de surcharge systémique en fer chez les patients porteurs d’une anémie sidéroblastique acquise avec mutation du gène SF3B1.

ERFE et fer sérique

L'hepcidine, décrite par l’équipe de Sophie Vaulont à l’Institut Cochin est une hormone peptidique produite par le foie qui est le principal régulateur de l’homéostasie du fer chez les mammifères, permettant l’adaptation des taux de fer circulant selon les besoins en régulant l’import de fer dans le duodénum et le recyclage du fer par les macrophages. L’érythroferrone a été décrite pour la première fois comme étant le régulateur érythroïde majeur de l’hepcidine dans l’équipe de T Ganz (Université de Californie, Los Angeles) par Léon Kautz.

 

 

Les travaux de Pascale Bossard et Christine Perret sont mis à l’honneur sur la chaine Youtube du journal Gut.

Les carcinomes hépatocellulaires (CHC) constituent à ce jour la deuxième cause de mort par cancer dans le monde.

Une étude réalisée par Georges Bismuth et Marianne Mangeney, équipe Randriamampita

Une étude dirigée par Sandrine Bourdoulous

Malgré un traitement antibiotique prompt, les maladies infectieuses causées par des bactéries pathogènes invasives, telles que Neisseria meningitidis (méningocoque), agent responsable de méningites et de chocs septiques, restent souvent mortelles ou entraînent une défaillance multi-organique, des déficiences cognitives ou des handicaps physiques. L'équipe du Dr Sandrine Bourdoulous, directrice de recherche au CNRS à l'Institut Cochin (UMR8104 CNRS / U1016 Inserm / Université Paris Descartes) a identifié une famille de composés ciblant un facteur de virulence majeur, présent dans la plupart des bactéries pathogènes. Ces molécules représentent un traitement adjuvant prometteur pour le traitement des infections invasives à méningocoque et potentiellement d'autres maladies infectieuses.

 

Légende de l'image

Vaisseau dermal humain infecté par Neisseria meningitidis et massivement thrombosé
Vaisseau dermal humain délimité par un marquage du collagène IV en rouge, bactéries marquées en vert, thrombus en rose (plaquettes) et noyaux cellulaires en bleu.

 

Une étude dirigée par Maha-Zohra Ladjemi, équipe Chiche-Burgel

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est associée à des réponses immunitaires et structurelles aberrantes des voies respiratoires aux substances toxiques inhalées.

En collaboration avec l’équipe de Jean-Daniel Chiche et Pierre-Régis Burgel (Institut Cochin), l’équipe de Charles Pilette (Université Catholique de Louvain, Bruxelles) vient de publier un article dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine suggérant une réponse immunitaire exacerbée des Immunoglobulines de type A (IgA) contre les antigènes étrangers (microbiens par exemple) et/ou les auto-antigènes.

 

(A)

Sterile beads

(B)

Pseudomonas aeruginosa

Légende de la figure : 
Expression d'IgA dans le tissu pulmonaire de souris infectées par Pseudomonas.
La coloration représentative d'IgA (brun) et la contre-coloration par l'hématoxyline (bleu) 
dans le tissu pulmonaire de souris (A) instillées avec des billes stériles ou (B) infectées par 
Pseudomonas aeruginosa (PAO1), respectivement.